LES TYPES DE JURISTES

L’époque où l’exercice d’une profession juridique se limitait à l’exercice du métier d’avocat ou de notaire est bien révolue. De nos jours, plusieurs types de juristes oeuvrent dans le domaine du droit. Nous vous présentons certains d’entre eux afin de vous aider à bien identifier le juriste auquel vous devriez vous adresser.

– Avocat : Bien entendu, il s’agit encore du type de juriste le plus répandu. Dans la plupart des cas, la fonction principale de l’avocat consiste à représenter son client. Dans les juridictions de Common Law, vous entendrez parfois les termes « barrister » et « sollicitor ». La distinction a son origine en Angleterre où un « barrister » était un avocat qui se spécialisait dans les plaidoiries devant les tribunaux alors que le « sollicitor » travaillait surtout à la rédaction de documents (contrats, etc.) Cette distinction n’existe pas vraiment en Colombie-Britannique, même si on entend parfois les deux termes, en plus du terme plus courant d’avocat (« lawyer »).

– Notaire : En Colombie-Britannique, la profession de notaire n’est pas une profession distincte comme elle l’est dans les juridictions de droit civil (comme au Québec, par exemple) et l’essentiel du travail de rédaction de documents qui est effectué par un notaire est accompli par des avocats (les « sollicitors » dont nous parlions précédemment).

– Notaire public : Ce qu’on appelle un notaire public (« notary public ») en Colombie-Britannique est très différent de ce qu’on entend par le terme de notaire dans les juridictions de droit civil : le notaire public dans les provinces de Common Law canadiennes accomplit plus ou moins les mêmes fonctions qu’un commissaire à l’assermentation, c’est-à-dire qu’il confirme l’authenticité de certains documents et rédige une variété d’affidavits.

– Parajuriste : le rôle des parajuristes consiste à venir appuyer le travail d’un avocat dans certains domaines comme le dépôt de documents en cour et la recherche juridique. Le parajuriste n’est pas autorisé à représenter un client, même s’il a parfois plus de contact avec ce dernier que l’avocat.

– Juge : un juge est nommé par le gouvernement pour siéger sur l’une des cours qui relèvent de l’autorité de ce gouvernement (gouvernement fédéral : Cour suprême du Canada, Cour fédérale, etc.; gouvernement provincial : Supreme Court, Provincial Court, etc.). Le juge est habilité à rendre des décisions sur toutes les questions juridiques, peu importe le domaine.

– Arbitre : l’arbitre (ou adjudicateur) siège sur un tribunal administratif, qui est un tribunal qui se spécialise dans un domaine particulier (location résidentielle, droits de la personne, etc.)

– Juge de paix : les juges de paix sont nommés par le gouvernement provincial et accomplissent plusieurs fonctions dont l’arbitrage en matière de petites créances et d’infractions aux lois provinciales, ainsi que l’autorisation de certains documents (notamment en matière de procédure criminelle).

– Traducteur (juridique) : le traducteur travaille principalement à l’écrit où il génère une version dans une autre langue d’un document d’origine. Les tribunaux exigent parfois des traductions certifiées et seuls les traducteurs certifiés sont en mesure de fournir ces documents.

– Interprète (juridique) : alors que le traducteur travaille à l’écrit, l’interprète travaille à l’oral et intervient surtout lors des procédures judiciaires en cour pour assister à la fois les intervenants du système judiciaire (juges, avocats, etc.) et les parties (ainsi que leurs témoins) dans leur compréhension des débats.

| RETOUR – PAGE D’ACCUEIL